Nous et les autres. Une expo humaniste.

Expo Nous et les Autres - 4 Le racisme en questions 01

Entre les deux tours des élections présidentielles, j’ai visité l’exposition « Nous et les Autres » du Musée de l’Homme. Elle apporte des réponses claires sur la fabrique du racisme ordinaire et démontre que la notion de « race » n’a aucune validité scientifique.  Une réflexion salutaire et humaniste.

Interview d’Evelyne Heyer, commissaire de l’exposition.

Cette première exposition temporaire du Musée de l’Homme qui renoue avec sa tradition humaniste développant l’égalité entre tous les hommes, s’est montée par nécessité « Depuis dix vingt ans, les sciences ont beaucoup avancé sur les questions de racisme mais les travaux n’ont pas vraiment infusé auprès du grand public » Précise Evelyne Heyer, professeur en anthropologie génétique du Muséum d’Histoire Naturelle et commissaire de l’exposition.

L’exposition vise à faire comprendre clairement d’où vient le racisme. Notre démarche n’est pas moralisatrice. On s’est mis dans une position de scientifiques, pas dans une position de donneurs de leçon.

La scénographie de l’exposition, signée ­par l’Atelier Confino, nous plonge dans un parcours initiatique. Dès la première partie de l’exposition « Moi et les autres », nous nous retrouvons en situation immersive dans la salle d’embarquement d’un aéroport. « C’est un non-lieu pour expliquer la psychologie sociale et les ressorts de notre cerveau qui peuvent mener jusqu’au racisme.  Racisme qui passe par trois étapes, la catégorisation, l’essentialisation et la hiérarchisation. » Explique Evelyne Heyer.

La catégorisation est un processus cognitif naturel et universel qui permet de « ranger les gens dans des boîtes » (hommes, femmes, bobos, jeunes de banlieue, blanc, noirs…). Cette mécanique peut mener rapidement à l’essentialisation qui réduit une personne à l’une de ses caractéristiques, et constitue de facto un terrain fertile au développement des préjugés et stéréotypes. Conduisant à l’ultime étape : la hiérarchisation, à savoir le traitement inégalitaire des individus (ou des groupes) différents de soi (ou de son groupe).

Il suffit de peu de choses pour entrainer des discriminations car l’on préfère son groupe par rapport aux autres.

La seconde partie de l’exposition, « Race et histoire » présente les mécanismes de l’institutionnalisation par l’Etat du racisme. Une salle retrace l’impérialisme et le colonialisme français notamment en Afrique depuis la traite esclavagiste aux discours officiels de la colonisation qui contaminèrent les publications scientifiques comme la classification des espèces de Buffon ou l’Essai sur l’inégalité des races humaines d’Arthur Gobineau qui inspirera l’idéologie nazie. Cette vision coloniale et raciste pénétra aussi la loi avec le Code Noir, les manuels scolaires avec « Le Tour de la France par deux enfants » présentant les quatre races dont la blanche comme étant « la plus parfaite des races humaines » et l’imagerie populaire avec l’incontournable Banania.

C’est la part d’ombre de cette histoire qui a mené à la ségrégation et au racisme. La France a eu dans son histoire une politique raciste. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, mais on ne peut pas nier l’histoire.

Trois autres exemples de racisme institutionnel sont présentés. La ségrégation raciale aux Etats-Unis, la montée du nazisme en Allemagne qui a abouti à la mise en place de la solution finale et l’indépendance du Rwanda avec le massacre des Tutsis la hiérarchisation des ethnies mises en place par l’administration coloniale belge au Rwanda ont troublé une société aux relations fluides pour aboutir, en 1994, au génocide des Tutsi.

La troisième partie présente un état des lieux des récentes découvertes de la recherche en génétique qui pointent l’inefficience de la notion de race pour expliquer la diversité humaine. Nous appartenons tous à la même espèce Homo sapiens. Dans le domaine des sciences sociales, les recherches sur les comportements racistes dans la société française sont nombreuses et des résultats peuvent remettre en question certains discours politiques qui prônent la peur du communautarisme. Alors que 93 % des enfants d’immigrés se sentent français, 24 % d’entre eux sont convaincus de ne pas être perçus comme tels. 65 % des enfants d’immigrés, hommes ou femmes, ont formé un couple avec une personne de la population majoritaire.

Nous et les autres, des préjugés au racisme, jusqu’au 08 janvier 2018, Musée de l’Homme, 17 place du Trocadéro 75016 Paris

Retrouvez cet article sur le site de Global Magazine

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s