Romainville demande conseil…municipal

Les écharpes tricolores du maire et des conseillers municipaux © Jean-Claude Djian

Par 27 voix sur les 35 élu(e)s des membres du nouveau Conseil municipal, François Dechy a été nommé maire de Romainville. Retour sur sa désignation, sur les projets d’urbanisme et sur les mesures d’urgence de la nouvelle équipe.

Samedi 4 juillet.

13h40. Plus de deux cents personnes invitées, masques devant le visage, se pressent devant la petite entrée du complexe sportif Colette-Besson.

« Et bien sûr, la grande entrée est réservée, comme il se doit, aux élus ! » Marmonne dans son masque un homme dans la queue.

Covid-19 oblige, c’est dans ce grand gymnase en plein centre de Romainville que va se tenir le Conseil municipal extraordinaire d’installation de François Dechy et de son équipe fraichement élue le 28 juin dernier.

13h50. Chacun prend son mal en patience avant de franchir la porte et de se retrouver sur le terre-plein du complexe sportif. Là, des agents de la police municipale et des hôtesses de la mairie contrôlent les noms et les papiers de chaque personnes sur des listes.

« Elle est là Madame le maire Corinne Valls ? » Demande une vieille dame à une hôtesse.

« Je ne sais pas Madame. Je ne l’ai pas encore vu. » Lui assure l’hôtesse.

13h55. Entrée dans le complexe sportif, sur des tables trônent des gros flacons de liquide hydro alcoolique. C’est dans la salle de basket que se tient l’évènement. Le public commence à s’installer dans les gradins du côté droit et sur des rangées de chaises espacées. Sur la moitié du terrain de basket, des grandes tables recouvertes de tissus rouge carmin sont installées en fer à cheval.

14h10. François Dechy arrive, traverse la salle en saluant son équipe et sort par une porte anti panique qui mène dehors. Il a quelques minutes avant que ne commence la séance du conseil municipal et il veut se concentrer sur son discours d’investiture.

14h20. Il rejoint la salle l’air plus détendu. Une partie des futurs conseillers municipaux s’assoient à leur place autour des tables, tandis que d’autres, élu(e)s de la majorité, se prennent en photo et font des selfies. C’est une nouveauté pour nombre d’entre eux

14h30. Bruit de clochette. Le Conseil municipal commence. Bruno Lotti, s’adresse au public  au micro

« En tant que premier maire adjoint sortant en l’absence de Corinne Valls, maire sortante en exercice, il me revient d’introduire la séance et de déclarer installer leurs fonctions les conseils municipaux élus lors du scrutin du 28 juin dernier. »

15h30. Après avoir reçu son écharpe tricolore, François Dechy fait son discours d’investiture

« Notre méthode, c’est l’échange. C’est la circulation entre ceux qui sont à la mairie et ceux qui n’y sont pas. La mairie n’est pas une porte fermée. Ce n’est pas une forteresse, ce n’est pas une prison ou un refuge pour les élus… » Il demande aux élus de l’opposition de participer aux débats contradictoires. « Ils sont sains et nécessaires. »

François Dechy, Maire de Romainville

15h45. En réponse à François Dechy, Tassadit Chergou, porte-parole des élues de l’opposition signale qu’ils seront.

« Une opposition exigeante et constructive, force de proposition…Exacte contre-pieds de l’ancienne opposition municipale… »

Tassadit Chergou, élue de l’opposition

Audio Extrait Tassadit Chergou

15h50. Vote et nomination des membres du nouveau conseil municipal. Le conseil durera plus de deux heures entre l’appel des élus, les votes, la nomination du maire, son discours, celui d’une élue de l’opposition et la nomination des conseillers municipaux. Un temps incompressible et un déroulement obligatoire.

16h15

Rideau de fer baissé à la permanence d’Autrement © Jean-Claude Djian

A la sortie du Conseil municipal, passage devant la permanence de la liste Autrement du nouveau Maire au 33 de la Rue de Paris. Le rideau de fer blanc était baissé. Normal. Ce lieu de réunion de l’équipe de campagne à quoi servira t-il demain ?

Déambulation vers la mairie toute proche pour prendre le bus 129, direction Mairie de Montreuil. Dans l’attente du bus, direction l’esplanade de la mairie en travaux. Un jeune couple, qui venait de se marier, sortait de l’hôtel de ville. Ils s’embrassaient devant une dizaine de parents. Petits applaudissements, légers youyous. Éviter d’être trop démonstratifs. Le Covid-19 est encore dans les esprits.

L’Urbanisme selon Dechy

François Dechy

On a reproché à l’ancienne municipalité une bétonisation à outrance et un des points capital du nouveau maire est l’urbanisme. Le 18 juin dernier, 10 jours avant le second tour François Dechy s’était exprimé sur cette problématique et avait évoquer un moratoire concernant  le futur des constructions de la ville.

« L’idée est de repenser l’urbanisme à l’aune des besoins des habitants. On ne peut plus avoir un urbanisme qui transforme des lieux d’activité, des lieux d’emplois en logements. Nous avons pris l’engagement de s’opposer à toutes constructions qui supprimeraient des emplois. Car le grand risque serait de faire de Romainville une ville dortoir qui se vide de ses entreprises et qui repousse les habitants les moins fortunés vers d’autres villes. »

Audio mesures d’urgence

Dans son entretien, François Dechy revient sur les mesures d’urgence à prendre face à la crise sanitaire. Il évoque le choix de rouvrir les écoles dès le 17 aout pour mettre en place un programme d’accompagnement et de soutien scolaire ; comment on vient en soutien de l’activité économique ; comment on recrée de la convivialité pendant l’été. Pour la jeune équipe et son Maire, l’été sera chaud à Romainville. Ce sera le moment de se retrousser les manches.

Romainville se voit Autrement

François Dechy, le nouveau maire de Romainville (photo Jean-Claude Djian)

Romainville a choisi le changement en élisant au fauteuil de  maire François Dechy, un homme qui vient de la société civile allié à une liste citoyenne et divers gauche et écologie. Face à lui Philippe Guglielmi, membre du PS et ancien élu de la ville, n’a pas pu apporter la vraie rupture attendue par rapport à la municipalité sortante dirigée depuis 22 ans par Corinne Valls. Retour sur la campagne du 2ème tour in situ.

A l’image des tendances nationales, le taux de participation à Romainville a été faible avec 36,55% de votants (votes nuls : 1,16%, votes blancs : 1,66%). François Dechy a été élu avec 53,27% (2 902 voix), Liste Autrement, Romainville à Vivre, réunissant les deux listes arrivées 2ème et 3ème au 1er tour des municipales, face à Philippe Guglielmi (PS), liste Unis pour Romainville 46,73% (2 546 voix) qui réunissait un certain nombre d’élus de l’ancienne municipalité. 

Romainville est une ville de 26 510 habitants de Seine Saint Denis. Coincée entre les communes de Montreuil, Bagnolet et des Lilas, Romainville est principalement connue pour son cinéma « Le Trianon » au style Art Déco. C’est là, que dans les années 80 se tournait l’émission « La dernière séance » d’Eddy Mitchell. La salle d’Arts et Essai n’est pas la seule à être reconnue. A Romainville, on trouve la Maison de la Philo, seule structure municipale dédiée à la pratique philosophique pour les enfants et les adultes – Nous y reviendrons dans un prochain article – 

Romainville verra arriver dans deux ans la prolongation de la ligne 11 du métro. La place de la République sera alors à moins de 15 minutes. Le prolongement du Tramway T1 desservira aussi la ville. L’arrivée de ces deux moyens de transport commencent à attirer nombre de personnes. Pour la nouvelle municipalité ces rendez-vous sont importants. Car la ville prendra un nouvel essor et aura un rayonnement plus important.

Dimanche 28 juin. 

21h00. Il n’y a personne à l’intérieur de la permanence d’Autrement. Dans une galerie à côté, des militants boivent un verre. 

« Il n’y a personne de la liste Autrement, Romainville à Vivre dans les parages ? »

« Ils font le dépouillement dans les bureaux de vote. » Me lance un quarantenaire qui se roule une cigarette. 

J’enfourche mon vélo et me dirige vers l’Espace Cachin, le PC de la liste Unis pour Romainville. C’est ce qu’on appelle, un espace de proximité où il y a une salle de danse pour enfants et adultes. Dehors jeunes et adultes attendent en discutant. Les jeunes ne portent pas de masques. J’entre masqué. Entre les deux portes issue de secours de la salle, deux tables ont été dressées sur le parquet en bois. Autour 10 chaises en plastiques sur lesquelles sont assis Philippe Guglielmi et une partie de ses colistiers. Ils ont enlevé leurs masques pour mieux communiquer. Ils recueillent fébrilement les résultats sortis des urnes des 13 bureaux de vote de la ville. Du bureau 1 de la Mairie, en passant par le 5 de l’Espace Nelson Mandela en passant par le 10 de l’Ecole Primaire Charcot (voir article La distribution des devoirs : Une super B.A. !) pour terminer par le bureau 13 de l’Ecole Primaire Maryse Bastié. On compte et recompte. Il faut vérifier. Cela prend du temps. Les minutes s’égrènent.

Philippe Guglielmi (photo Jean-Claude Djian)

Philippe Guglielmi, consulte son portable. Puis demande à mi-voix à sa voisine. « Combien ils font pour le 11 ? »

« On n’a pas encore les résultats définitifs Philippe. »

Le prétendant à la mairie lève les yeux. Me regarde et sourit.

« C’est long. Il faut être patient. » Je ne sais pas si il le dit à moi ou à lui-même. Cheveux noirs geais tirés en arrière, chemise blanche, costume gris sur lequel on peut voir au revers de son veston la rosette de la Légion d’Honneur. Notre homme, originaire d’Antibes, la soixantaine, a plusieurs distinctions à son actif dont la croix de la valeur militaire avec citation et la médaille de guerre. Avant de se lancer dans la politique, il a été militaire de carrière et ancien casque bleu au Liban où il a été blessé lors d’une embuscade au sud de Beyrouth 

21h30. Philippe Guglielmi quitte son siège et sort pour se dégourdir les jambes. Un homme rentre. 

« Alors ? C’est pas fini ? A Bagnolet on a déjà les résultats définitifs. »

Philippe Guiglielmi arrive derrière lui. 

« Bonjour ! »

« Bonjour Philippe. C’est long ! »

« Hé oui ! C’est comme ça. »

Il se rassoit à sa place. Les résultats arrivent les uns après les autres. Les listes Unis pour Romainville et Autrement, Romainville à Vivre sont au coude à coude sur plusieurs bureaux. Rien n’est encore définitif. 

« Et Cachin. Ils attendent quoi pour donner les résultats ! » Lance la voisine de table de Philippe Guglielmi. Le bureau 7 semble important pour la liste. Bruno Lotti, premier adjoint de l’actuelle municipalité et une des chevilles ouvrières de la liste recueille les résultats qui arrivent sur son PC.

21h35. La tension monte dans la salle de l’Espace Cachin où de plus en plus de personnes entrent pour savoir. On rajuste les masques. On se questionne du regard. On parle bas. Chacun sent que la victoire est peut-être toute proche. Tout dépend des résultats. Tout dépend de la mobilisation. D’après les premiers résultats sortis des urnes le taux de participation est un peu plus élevé qu’au premier tour. Un bon signe ?

21h40. Les résultats de l’école primaire Cachin sont enfin arrivés.

« 239 pour nous contre 161. C’est bon pour nous ! » On sourit sous les masques. Mais les jeux sont loin d’être faits. Apparemment la liste Autrement, Romainville à Vivre de François Dechy est en tête dans de nombreux bureaux. Il en reste 3. 

21h45. Les résultats de tous les bureaux sont arrivés. Ils ne sont pas bons. La liste de François Dechy devance celle de Philippe Guglielmi de plus de 250 voix.

Bruno Lotti, lève la tête de son ordinateur

« On perd seul contre tous…Mais seul la victoire est belle… »

Philippe Guglielmi s’est levé. 

« Bon il faut que j’annonce les résultats aux amis ici présents.

On fait cercle autour de lui. Le moment est solennel.

Philippe Guglielmi remercie ses militants

« Je voulais vous remercier du fond du cœur pour cette campagne. C’était grandiose. Finalement, ce n’est pas vous qui m’avez suivi, c’est moi qui vous ai suivi. Vous avez l’avenir devant vous. Ce soir, on n’a pas gagné, mais vous, vous avez gagné. Parce quand on représente sur le projet qui est le nôtre près de 47 %, on a l’avenir devant soi. Alors ne perdez pas confiance… » Les visages sont tirés. Une jeune femme brune pleure. Plus tard, Philippe Guglielmi me dira. 

« Je devais mener ce combat jusqu’au bout. » Un Lieutenant-Colonel ne pouvait pas faire moins. 

Je quitte l’Espace Cachin. 

22h50. Je repars en vélo. Direction la permanence d’Autrement. Cris de joie dans la rue. Klaxons. Une centaine de personnes réunies s’embrassent, trinquent. Peu de monde porte un masque. Une femme crie. 

« Tout le monde à la mairie ! ». 

23h00. La foule se déplace vers l’hôtel de ville tout proche à moins de 100 mètres. Les portes du bâtiment du 19ème siècle qui mène au salon d’Honneur est ouvert. Des policiers municipaux harnachés (gilet de protection, arme de service, taser), veillent au débordement. Devant nous le grand escalier qui mène au salon d’honneur. Élus, militants et sympathisants de la liste Autrement, Romainville à Vivre investissent les lieux. Beaucoup sont étonnés et réalisent la teneur de l’évènement en regardant le décorum. Tout un symbole. 

23h05. François Dechy entre dans le salon sous les applaudissements. Il se dirige vers une petite estrade où sont réunis l’ensemble des membres de la liste Autrement, Romainville à Vivre. Par sa taille, il les domine tous. 40 ans, originaire de Valenciennes, cet ancien de Sciences Po Rennes, choisit de travailler dans le secteur de l’Économie Sociale et Solidaire. En 2011, il crée à Romainville la société Baluchon, agréée entreprise d’insertion et entreprise solidaire d’utilité sociale. 

Ému, il s’adresse au public présent.

« Merci à toutes les romainvilloises et tous les romainvillois qui nous font confiance et qui nous ont porté aujourd’hui. Merci aux pionniers. On est parti un soir de canicule en juin dernier en se disant qu’il fallait qu’on s’engage pour Romainville, pour faire une politique autrement… Un grand merci à Vincent Pruvost et à tous les partis de gauche qui ont eu l’intelligence de travailler avec les citoyens pour porter ce projet et faire rayonner Romainville de sa solidarité, de sa citoyenneté et de sa démocratie. Merci à vous tous. » 

Après ce discours bref du nouveau maire, chacun se sépare. Certains iront faire la fête à « La consigne », un café branché de Romainville. 

Lendemain d’élections. Rien a changé à Romainville. Devant l’école primaire Charcot où j’emmène ma fille en classe, rares sont ceux qui évoquent les municipales.

« Les municipales. Ben non j’ai oublié d’aller voter hier. Et puis avec le coronavirus, ça fait pas envie. » Me dit un parent d’élève.

A Romainville, la majorité de ceux qui ont voté on choisit de voir la ville évoluer Autrement. A suivre…

Sophie Wahnich : « la Constitution n’a jamais été démocratique. »

Sophie Wahnick

Après les propos recueillis sur le marché de Cabourg, j’ai réalise plusieurs interviews pour GLOBAL Magazine. Sophie Wahnich, historienne de la Révolution, questionne la capacité de la Constitution de la Vème République a répondre aux enjeux politiques de l’époque.

Vous venez de sortir un livre dont le titre est Le radeau démocratique : chroniques des temps incertains. Sommes-nous dans des temps incertains dans le cadre de cette campagne présidentielle ?

On ne sait pas si la tendance droitière et populiste en France va gagner comme cela a été le cas en Grande Bretagne, aux Etas Unis et en Turquie. L’échiquier politique mondial n’a jamais été aussi à droite depuis les années 50. Il y a là quelque chose qui produit non pas une incertitude au sens strict mais une incertitude sur le devenir démocratique. Nous étions installés mentalement dans l’idée qu’il fallait conquérir des territoires nouveaux pour la démocratie. Nous ne pouvions pas imaginer qu’on serait obligé de rappeler que le droit libéral issu de la Révolution française méritait attention. On considérait que ce droit libéral n’était pas suffisant. On recherchait d’autres manières d’assumer la démocratie dans une plus grande conflictualité qu’un simple légalisme. Actuellement on est en train de défendre le légalisme quand on est inquiet pour la démocratie. Il y a quelque chose du côté de la Gauche qui donne le sentiment d’un naufrage.

« La Constitution de la 5ème république n’a jamais été démocratique »

Pensez-vous que nous sommes à un tournant de la 5ème république ?

Elle convient parfaitement à Marine Le Pen et François Fillon. Le seul candidat qui veut vraiment en changer, c’est Jean-Luc Mélenchon. L’année dernière, nous n’avons fait qu’approfondir les logiques de la 5ème république, avec l’instauration de l’état d’urgence et une certaine conception du pouvoir très autoritaire.

La Constitution de la 5ème république bâtie pour le général de Gaulle convient-elle encore ?

Cette constitution n’a jamais été démocratique. On l’a fait passer pour telle. Soit elle se maintient avec des partis droitiers, soit elle est remise en question et ce ne seront pas ces courants droitiers qui gagneront. Ce dimanche, soit la constitution arrive à la perfection, c’est-à-dire que sa logique prend encore plus d’ampleur, soit elle arrive à son effondrement et à ses limites. C’est-à-dire qu’il n’y a plus suffisamment de monde pour en reconnaître les bienfaits et vouloir la maintenir.

« C’est une idiotie politique de ne pas aller voter. »

Que faut-il penser de l’abstention et du vote blanc ?

C’est intéressant dans un pays comme la France de montrer son désaccord avec les institutions par le vote blanc ou l’abstention. Mais il faut savoir que moins les gens iront voter plus cela fera monter le score chiffré, le pourcentage du Front National avec le même nombre d’électeurs. Dans ce contexte-là, même si je ne suis pas d’accord avec l’instrumentalisation et la culpabilisation, je trouve que c’est une idiotie politique de ne pas aller voter. Il y a un véritable enjeu, comment ne pas tout faire pour empêcher le Front National d’arriver au pouvoir ?

Sophie Wahnich est spécialiste de la révolution française ; directrice de recherche au CNRS et membre du Centre de Recherches Historiques, histoire et science politique, directrice de l’équipe TRAM Transformations radicales des mondes contemporains.

Dernières publications : La Révolution française n’est pas un mythe, Editions Klincksieck 350 pages, 25,00 € ; Le radeau démocratique : chroniques des temps incertains, Nouvelles éditions Lignes 320 pages 21,00 € 

Retrouver cet article sur le site de GLOBAL Magazine

 

 

Véronique Nahoum-Grappe : « Il faut politiser la question des droits de l’homme.»

cmmonteaux_addict_anthropologue.nahoum_0

© Michel Monteaux

Après les propos recueillis sur le marché de Cabourg, j’ai réalise plusieurs interviews pour GLOBAL Magazine.Véronique Nahoum-Grappe, anthropologue, souligne que les droits humains ne relèvent pas de l’économie mais de la liberté.

Véronique Nahoum-Grappe , Quel est votre regard sur la campagne électorale ?

Plus qu’un regard sur cette campagne, c’est une écoute sur les échos, les discussions à propos de cette campagne. Ce que je trouve tragique, c’est l’amnésie historique du fait qu’un régime devient moins démocratique, comme ce qui se passe en Turquie actuellement, avec la menace sur la séparation des pouvoirs, la menace sur les droits de l’homme, la menace sur la presse indépendante, incarcération, criminalisation de la liberté politique. Quand ces régimes-là s’installent dans la réalité politique non seulement cela entraine une perte de liberté et un changement politique mais cela dure. Ce que je trouve tragique, c’est que les gens disent, « on va voir ce que cela va donner avec Marine Lepen ». Ils ne se rendent pas compte que nous avons eu pendant tout le 20ème siècle des dictatures soit totalitaires, soit fascistes et cela s’inscrit avec la terreur et ça dure pendant des années. Après le référendum turque, Erdogan pourra rester au pouvoir jusqu’en 2029, Poutine n’est pas prêt à partir et Bachar el Hassad veut installer son fils au pouvoir c’est-à-dire une tyrannie de père en fils. On oublie l’efficacité de la terreur et quand une dictature s’installe elle dure et cela les gens l’ont complètement amnésié.

« Un régime qui viole les droits humains dévoile sa culture politique et son idéologie inégalitaire. »

Dans la campagne présidentielle, les candidats mettent l’accent sur le débat économique. Ont-ils raison ?

Bien sûr c’est important la situation économique notamment avec l’absence de travail et la montée du chômage. Le sociologue Robert Castel l’avait bien dit : « Quelqu’un au chômage c’est une punition psychique atroce et pas seulement un problème économique. » Dans la campagne présidentielle, il faut parler de l’économique oui mais il faut aussi parler des droits de l’homme de façon politique. Les droits de l’homme ne coûtent pas très cher, il suffit juste d’un appareil de défense des peuples au regard des abus de pouvoir. Ce sont les contre-pouvoirs. Les droits de l’homme c’est la liberté et la liberté c’est le sel de la vie. Voir que des gens vont voter pour des extrêmes, c’est terrible. C’est vrai que la démocratie c’est difficile mais voir que les gens vont voter pour massacrer leur liberté, ça fait un drôle d’effet. Il faut politiser la question des droits de l’homme, et non pas seulement « l’humanitariser » si on ose ce néologisme.  Un régime qui viole les droits humains dans sa pratique politique réelle dévoile immédiatement sa culture politique, et son idéologie inégalitaire. Le problème des droits de l’homme, ce n’est pas un problème économique, c’est une question de liberté et la liberté c’est le charme de la vie.

« Où il y a le droit de vote il faut le respecter. »

 Que faut-il penser de ceux qui décident de voter blanc ?

Je comprends ceux qui disent « rien ne me plaît moi je vote blanc. » Ca c’est intéressant. En revanche, ceux qui disent « moi le vote, je m’en fous, je vais à la pêche. ». Ceux-là, je les trouve en dessous de tout. Il y a des pays où il n’y a pas de droit de vote et les gens meurent pour qu’il y en ait un. Où il y a le droit de vote il faut le respecter. C’est du luxe de mépriser le vote. Je ne pense pas que ce soit un luxe que l’on peut se payer très longtemps. Bientôt, les gens n’auront plus le droit de vote à force de cracher dessus.

Véronique Nahoum-Grappe est anthropologue, chercheuse à l’EHESS et au Centre Edgar Morin. Elle fait partie du comité de rédaction de la revue Chimères. Elle a travaillé sur les conduites d’excès et de dépendance, l’esthétique du corps, la violence, les rapports entre les sexes … Autant de sujets qu’elle aborde en observant ses contemporains, en travaillant par exemple dans les prisons, dans les camps de réfugiés en ex-Yougoslavie ou encore pour la Protection judiciaire de la jeunesse.

Retrouver cet article sur le site de GLOBAL Magazine

 

 

Geneviève Fraisse : « Les élus de la nation sont hors d’usage, dépassés. »

Geneviève Fraisse ©Pascal Croisy

Après les propos recueillis sur le marché de Cabourg, j’ai réalise plusieurs interviews pour GLOBAL Magazine. Geneviève Fraisse, philosophe et historienne féministe, s’inquiète d’un fonctionnement de la République et de l’Europe qui ne convient plus.

Quel regard portez-vous sur la campagne présidentielle ?

J’ai le regard de ceux qui pensent que quelque chose est vraiment fini et qu’il était temps que cela finisse. Je veux parler de cette représentation oligarchique coupée des gens et qui se reproduit aussi bien au niveau des institutions que des partis. Les élus, représentants de la nation et du peuple sont « hors d’usage », dépassés, et ne sont plus du tout en rapport avec le réel. Je regarde avec intérêt le cumul des mandats s’arrêter doucement et la façon dont les uns et les autres décident de ne plus se représenter. Dans le mouvement pour la parité, dans les années 90, la critique du cumul était un argument pour faire plus de place aux femmes. Vingt ans plus tard, je vois cela se réalise. Comme s’il y avait une sorte de privilège qui ne pouvait plus fonctionner. Mais c’est un détail !

« Au 18ème siècle, les nations ont fait la paix avec du commerce et au sortir de la guerre on a bâti l’Europe sur cette même idée. » 

Faut-il tirer un trait sur l’Europe qui vient de fêter ses 60 ans comme le demandent certains candidats ?

Mis à part l’extrême droite, je ne pense pas que les autres candidats veuillent tirer un trait sur l’Europe. Au 18ème siècle, les nations ont pensé faire la paix avec du commerce et au sortir de la guerre on a bâti l’Europe sur cette même idée : le commerce produit de la paix et pas seulement des richesses. Mais tout cela a été débordé par les mécaniques économiques et financières dont nous sommes actuellement les prisonniers.

« Il y a un fonctionnement de la République et de l’Europe qui ne convient plus. »

Dans l’enjeu électoral comment faut-il regarder le vote blanc ?

Je comprends tout à fait que des personnes ne veulent pas voter compte tenu de la situation actuelle ; mais cela ne veut pas dire ce soit la bonne solution. Il faut surtout entendre ce que cela veut dire. Il y a effectivement là un fonctionnement de la République et de l’Europe qui ne convient plus. C’est sans doute pour cela que des jeunes, comme des vieux, disent « je rentre sur mes terres ». Le municipal plutôt que le législatif ; cela fait réfléchir…

Geneviève Fraisse est philosophe, historienne de la pensée féministe et directrice de recherche émérite au CNRS. Entre 1999 et 2004, elle a été députée européenne. Dernière publication :   La sexuation du monde, Réflexions sur l’émancipation. Presses de Sciences Po. 200 pages. 19,00 €

Retrouvez cet article sur le site de GLOBAL Magazine

 

Cabourg, militants et gentlemen 

Macron FillonPhoto : Jean-Claude Djian

A la grande loterie du reportage-sondage sur les intentions de vote pour le premier tour de l’élection présidentielle, j’ai tendu mon micro sur le marché de Cabourg (Calvados). Pourquoi Cabourg …. pas de calcul stratégique, simplement parce que j’y suis passé et que Cabourg, 3673 habitants, est une photographie de la France balnéaire. Marcel Proust en plus.

En ce dimanche 16 avril, à une semaine du premier tour des présidentielles, ça tracte fort sur le marché de la station balnéaire de Cabourg. Seuls les fillonistes et les macronistes sont présents. Un chanteur des rues pousse sa complainte à l’accordéon en faisant la manche. Une productrice d’andouilles nous interpelle pour venir goûter ses produits faits maison. Même si les intentions de vote sont en faveur d’Emmanuel Macron, les fillonistes veulent encore y croire.

On sent que les gens sont beaucoup plus attirés par Fillon. Enormément de gens lui ont pardonné ses erreurs. Ils ont compris que c’est lui qu’il faut choisir pour diriger la France et pour parler aux Russes et aux Américains.

Du côté d’En Marche, ça discute renouveau.

Moi, je suis à la retraite et je crois en Macron. Pas parce qu’il est jeune, mais parce que son programme incarne une vraie rupture en matière politique.

Un couple s’oppose. Elle ne s’est encore décidée. Elle trouve étonnant que les affaires de Fillon tombent au moment des élections. Son mari votera Macron. Il en a assez des attitudes partisanes de la gauche et de la droite.

Devant la poissonnerie Le Homard Bleu, un homme, la trentaine, mange des huitres accompagnées d’un verre de blanc. Il savoure son en-cas mais trouve amer la campagne électorale.

Je ne sais absolument pour qui voter. Pour la droite, c’est non. Macron ne me convainc pas encore. Je pensais voter Hamon, je ne suis toujours pas convaincu. Je n’ai aucune idée pour qui voter. C’est la première fois de ma vie.

Les équipes Fillon et Macron ont fini par distribuer leurs tracts côte à côte.

Etre militant, c’est déjà un acte. Il faut respecter tous les militants. La campagne a été longue et les gens sont fatigués. Il faut que cela se termine dans l’isoloir. Et Hasta la vista !

Militants et gentlemen. Nous sommes bien à Cabourg, le Balbec imaginaire des romans de Marcel Proust.

Retrouver ce reportage sur Global Magazine