Quelle connerie la guerre !

Un cri du cœur alors que l’on va fêter les 70 ans du débarquement en Normandie. Au Mémorial de Caen, j’ai tendu mon micro avec une question qui me trottait dans la tête. Pour apprendre à faire la paix, faut-il d’abord connaître la guerre ? Ceux qui l’ont vécue ne l’oublient pas, mais qu’en est-il des autres ?

MortDebarquement

Des morts, des blessés, des ruines.

Pas question de remettre en cause le bien fondé de l’opération Overlord qui a eu pour mission de libérer l’Europe occupée. La bataille de Normandie causa toutefois de lourdes pertes humaines. Parmi les troupes engagées bien sur. Du côté des alliés on a compté 37 000 tués, du côté des allemands on a dénombré 50 000 morts et 210 000 disparus. Parmi les civils, le tribut fut aussi très élevé : 50 000 victimes normandes, dont 20 000 dans le Calvados, 9 890 en Seine-Maritime, 14 800 dans la Manche, 4 200 dans l’Orne et un peu moins de 3 000 dans l’Eure. Rajoutons que des villes normandes comme Caen, Saint-Lô, Le Havre, ont été des champs de ruines


“Non Violence” de Carl Fredrik Reuterswärd

“Non Violence” de Carl Fredrik Reuterswärd
à l’entrée du Mémorial © Jean-Claude Djian

Une question au Mémorial de Caen

8 mai 2014. En ce jour de commémoration, il y a foule dans ce musée sur la guerre pour mieux comprendre la paix. Là, chaque visiteur replonge dans le monde avant 1945 (faillite de la paix, la guerre totale, le débarquement de Normandie) et dans le monde après 1945 (la Guerre froide, l’équilibre de la terreur, la chute du mur de Berlin). Nous sommes confrontés à près d’un siècle d’histoire contemporaine. Face aux documents d’époque, aux films d’archives et aux témoignages recueillis qui sont présentés, on se dit comme l’a écrit Jacques Prévert dans son poème Rappelle toi Barbara « Quelle connerie la guerre ! » C’est dans ce lieu de mémoire que j’ai tendu mon micro avec ma question sur l’apprentissage de la paix par la guerre. Parmi les visiteurs qui ont répondu, il y avait Dan Daly, un vétéran du Vietnam.

JOHNNY

La guerre sans fin

Une guerre qui ne veut pas s’éteindre. Des conflits armés laissent leurs trainées de poudre, de sang et de misères derrière eux, en Afrique, au Moyen-Orient, en Europe de l’est ou en Asie. Pour alimenter les guerres, le commerce des armes ne connaît pas la crise. Les exportations et les importations d’armements dans le monde sont passées de 56,5 à 73,5 milliards de dollars (de 43 à 56 milliards d’euros) entre 2008 et 2012, soit un bond de 30% en seulement quatre ans.
Oui vraiment, « Quelle connerie la guerre ! »